C#162 – Elia, la passeuse d’âme, T.3 : saison chaude – Marie Vareille

Bonjour à toutes et tous !

J’espère que vous allez bien et que vos lectures sont aussi passionnantes que les miennes ! J’ai terminé hier une saga (victoire !!) de plus sur celles que je me suis décidée à finir cette année. En plus, cette saga, après la lecture des deux premiers tomes, était déjà une coup de cœur, alors j’avais hâte de savoir comment tout cela se termine.

ELIA, LA PASSEUSE D’ÂME, T.3 : SAISON CHAUDE – MARIE VAREILLE

Couverture du livre : Elia, la Passeuse d'Âmes - tome 3 : Saison Chaude

Dystopie / Young Adult

PKJ / France Loisirs

412 pages 

Note 5

LES PLUS :

  • Histoire originale et captivante
  • Plume de l’autrice très addictive
  • Personnages attachants
  • Intrigue pleine de rebondissements

LES MOINS :

  • Pas de moins pour moi

Une histoire originale et captivante

C’est un troisième tome, donc comme à mon habitude, je vais vous remettre le résumé du premier tome histoire de ne pas vous en dévoiler trop sur l’intrigue. Il faut tout de même savoir que ce troisième tome est également le dernier, qui conclut parfaitement cette trilogie.

Elia est une jeune femme bien née, complexée par la couleur de ses cheveux. Elle est la seule rousse de la ville. Brimée par les autres élèves de son lycée, elle trouve un certain repos lorsqu’elle travaille à l’hôpital. Car en plus d’être une jeune lycéenne, Elia est aussi une Passeuse d’Ames. C’est sans émotions qu’elle doit exécuter les personnes ne pouvant plus jouer leur rôle dans la société, comme les personnes âgées, les malades, les opposants, …

Un jour, alors qu’elle travaille, on lui apporte un jeune homme à tuer. Mais pour une raison inconnue, elle n’y parvient pas et l’aide à s’échapper. Va alors commencer pour elle une nouvelle vie : pourchassée par la société, elle doit s’enfuir au fin fond d’une mine pour ne pas être exécutée à son tour, passant d’une caste élevée à la plus basse : celle des esclaves. Mais dans cette mine, elle va découvrir une destinée qui lui échappait jusque-là. Il semblerait qu’elle puisse être la principale intéressée d’une ancienne prophétie.

J’ai trouvé, tout au long de ces trois tomes, que même si Marie Vareille respecte certain code propre au genre dans lequel elle écrit, l’histoire est originale et très vite prenante. C’est assez compliquée, une fois plongé dedans, d’en sortir. J’ai lu les trois tomes presque d’une seule traite à chaque fois, tant l’intrigue est bonne, avec de bons rebondissements, et que je voulais toujours en lire plus, jusqu’à arrivée à ce dernier tome. J’ai eu un profond pincement au cœur en tournant la dernière page, comme à chaque fin de très bonne saga.

Un univers addictif

L’univers dans lequel les personnages évoluent est vraiment passionnant. Je vous avais déjà parlé, il me semble, du système de caste mis en place dans cette saga. Je vous vois venir, vous vous dites certainement qu’il existe ce système dans de nombreuses dystopies, avec les contrôles qu’on leur connait, etc… Oui, mais non ! Même si le système décrit par l’autrice est déjà largement utilisé, j’ai trouvé très intéressant que pour une fois, l’héroïne ne soit pas dans les castes dites « inférieures » au début de l’histoire, comme on peut le voir dans Red Rising (Pierce Brown), Divergente (Veronica Roth) ou Hunger Games (Suzanne Collins) et c’est aussi un point sur lequel je pense qu’il est important d’insister. Elia mène la belle vie, malgré sa couleur de cheveux ou son métier de Passeuse d’âme, mais elle fait elle-même le choix de sauver un jeune homme, mettant ainsi sa propre vie en danger.

Des personnages attachants et étonnants

Il n’y a pas une profusion de personnages, mais chacun a un rôle bien défini dans l’histoire, et surtout dans la résolution de l’intrigue. Je trouve qu’il n’y a pas vraiment de rôle secondaires, juste des personnages que l’on voit un peu moins souvent, mais qui ont une grande part dans notre coeur et surtout dans l’histoire. Elle ne se serait pas terminé ainsi sans la moitié des personnages, et c’est là que je trouve que l’autrice s’est vraiment détaché des autres dystopies, en donnant un rôle bien particulier à chacun de ses personnages. J’ai appris à tous les aimer, même si j’ai un petit faible pour Elié, Arhia et Sol bien évidemment. Mais Alek, Anouk, Time ou même Argo me sont tout aussi cher, et je suis vraiment triste d’avoir dû les quitter à la fin de ce dernier tome.

En bref, un coup de coeur 

J’ai eu beaucoup de peine en terminant cette saga que j’aime énormément. Quitter cette histoire originale et captivante, ses intrigues étonnantes et pleines de rebondissements, son univers entraînant et ses personnages attachants à été difficile, mais je suis aussi très contente d’être arrivée au point final de cette histoire. Ce troisième tome conclut parfaitement cette trilogie, et j’espère que Marie Vareille continuera à nous faire rêver en écrivant de nouveau dans ce genre.

J’espère que cette chronique vous a plu. N’hésitez pas à me dire en commentaire si vous avez lu ce roman, ce que vous en avez pensé, ou s’il vous tente. En attendant de vous lire, je vous souhaite de bonnes et douces lectures.

C#155 : Phobos, T.4 – Victor Dixen

Bonjour à toutes et tous !

J’espère que vous avez passé un très bon week-end. Je reviens aujourd’hui pour conclure la saga Phobos avec vous. Un vrai coup de coeur que cette saga que je suis triste de quitter, mais je sais déjà que je les relirai avec grand plaisir :D.

PHOBOS, T.4 – VICTOR DIXEN

Couverture du livre : Phobos, Tome 4 : Horizons

Young Adult

Collection R

656 pages

Note 5

LES PLUS :

  • Histoire très originale et captivante
  • Personnages super attachants
  • Intrigue incroyable et étonnante
  • Fin surprenante

LES MOINS :

  • Un petit épilogue n’aurait pas été de trop

Une histoire toujours aussi originale et addictive 

(Speech du tome 1) Six jeunes femmes et six jeunes hommes sont envoyés sur Mars avec une seule consigne : trouver l’amour durant les quelques mois que dure le trajet. Filmés nuits et jours pour une émission de télé-réalité retransmise en directe sur la Terre, ils sont censés choisir l’élu de leur coeur qu’ils épouseront une fois sur la planète rouge. Tout cela semble bien idyllique, jusqu’à ce que Léonor, l’une des jeune femme, découvre qu’il y a un souci avec la base martienne et qu’on les envoi à la mort.

J’ai adoré retrouvé une dernière fois tous les personnages de cette saga que j’adore ! L’histoire est incroyable, addictive, captivante, super originale, et on a beaucoup de mal à décrocher une fois entamée. L’intrigue est tout aussi incroyable avec un foisonnement impressionnant de rebondissements, et des retournements de situation totalement incroyable qui chamboule toute l’histoire à chaque fois. On y retrouve les complots des trois premiers tomes, agrémentés de nouveaux et non des moindres, mais aussi pas mal d’action et des personnages toujours aussi attachants.

Une plume agréable à lire et très entraînante 

J’ai vraiment aimé la plume de l’auteur et j’ai hâte de la retrouver dans un autre roman. Elle est fluide, entraînante, et Victor Dixen maîtrise à la perfection le rythme de son histoire. A aucun moment on ne s’ennuie, et lorsque l’on pense pouvoir souffler un peu, un nouveau rebondissement nous tombe dessus ! Les pages défilent et le roman se dévore très rapidement !

Un univers original et déroutant

L’auteur nous entraîne dans un univers de dingue, dans lequel transparaissent des points communs avec notre propre monde et des enjeux politiques et climatiques souvent assez proches. J’ai beaucoup aimé dans ce tome 4 la possibilité pour les pionniers d’avoir des chaines YouTube, qui ajoute un plus non négligeable à l’histoire, au développement de l’intrigue et qui amène à cette fin bouleversante. Les problèmes politiques et climatiques ont aussi une grande importance dans ce tome, et c’est ce que j’ai trouvé intéressant. Sans cela, l’auteur n’aurait surement pas pu développer un tome aussi longuement.

Je regrette simplement que dans ce tome, Mars soit un peu mis en arrière dans l’histoire et l’intrigue et qu’on ne s’y intéresse plus autant. L’histoire principale de cette saga était tout de même la conquête de Mars et l’établissement sur la planète d’une colonie humaine.

Des personnages 

Une fois de plus j’ai adoré retrouvé les personnages, principalement les pionniers de la saison 1 mais aussi les personnages que nous suivions sur Terre. J’ai aussi aimé découvrir les pionniers de la saison 2, plus discret peut-être, mais tout aussi intéressant, surtout qu’ils sont les seconds, et donc peut-être un peu délaissé par le public terrien. Léonor est toujours mon personnage préféré avec Mozart et Kirsten. J’ai trouvé les aventures des deux derniers assez incroyables, et elles ont fait monter la pression pendant une bonne partie de ce tome. On en découvre un peu plus encore sur les personnages dans ce tome, aussi bien les aspects positifs que négatifs, et cela m’a permit de m’attacher bien davantage aux personnages, même si j’ai parfois eu envie de hurler ! (on en parle du fait de vouloir mettre en prison une jeune femme qui a mis le feu sans le faire exprès à une maison alors qu’elle était toute jeune ? ).

En bref

Cette saga est un véritable coup de cœur pour moi. L’histoire est d’un bout à l’autre incroyable, pleine de rebondissements, et avec une intrigue qui avance très rapidement. Ce tome 4, bien que très différent des trois premiers est pour moi l’un des meilleurs, et clôture très bien cette saga (même si un épilogue n’aurait pas été de trop pour répondre aux dernières questions que l’on se pose). Il y a beaucoup de d’action, très peu de temps mort, et une recherche poussée sur les enjeux politiques et écologiques d’un univers finalement pas si proche du nôtre. J’ai aimé retrouvé les personnages pour ce dernier tome, en découvrir de nouveau, et je n’ai qu’un regret, d’avoir déjà terminé cette saga. Je la relirai sans hésiter, elle fait partie de mon top 3 de mes sagas préférées.

J’espère que cette chronique vous a plu. N’hésitez pas à me dire en commentaire si vous avez lu ce roman, ce que vous en avez pensé, ou s’il vous tente. En attendant de vous lire, je vous souhaite de bonnes et douces lectures.

C#153 – Et ils meurent tous les deux à la fin – Adam Silvera

Bonjour à toutes et tous !

J’espère que vous allez bien et que vous passez une bonne semaine. Je reviens aujourd’hui pour une nouvelle chronique, sur un roman qui est assez connu, et dont sa lecture m’a étonnée. Je suis la chaîne Youtube BimBamBooks et lorsqu’elle a parlé de ce roman, je me suis dit que ça ne le fera surement pas non plus avec moi, mais l’ayant dans ma Pal, j’ai voulu tenter quand même, et j’ai finalement bien fait.

ET ILS MEURENT TOUS LES DEUX A LA FIN – ADAM SILVERA

Couverture du livre : Et ils meurent tous les deux à la fin

Young Adult

Collection R

406 pages

Note 4

LES PLUS :

  • Histoire originale
  • Personnages attachants
  • Univers glaçant

LES MOINS :

  • La romance

Une histoire originale, dans un univers assez angoissant

Dans un monde un peu futuriste, une entreprise a été créer pour annoncer leur mort aux habitants. Vous avez la possibilité de recevoir un appel entre minuit et 3h du matin qui vous annonce que vous allez mourir avant minuit. Mateo et Rufus ont tous les deux reçu cet appel, et grâce à une application, ils ont la possibilité de passer leur dernière journée ensemble.

J’ai trouvé cette histoire très touchante et surtout, surprenante. J’avais lu pas mal d’avis avant de l’acheter, même si je dois bien avouer qu’il y avait autant d’avis positif que négatif. Mais une fois dans ma Pal, il fallait bien que je me lance. L’histoire se déroulant maximum sur 24h, j’avais peur que ça aille soit trop vite, soit trop lentement, mais je trouve que l’auteur à su trouver le bon rythme. Les deux jeunes hommes arrivent tout de même à faire beaucoup de chose, et avec quelques bons rebondissements, l’histoire est vraiment très sympa à suivre. Par contre, je n’ai pas vraiment compris l’intérêt de glisser les histoires d’autres personnages entre les chapitres.

L’univers est assez glaçant. Personnellement, je ne suis pas sûre de vouloir connaitre le jour de ma mort. Surtout que là, on vous dit que vous allez mourir, mais on ne vous dit pas comment. Donc cela peut aussi bien arriver en restant enfermé chez vous qu’en sortant. Je trouve cela encore plus angoissant !

Une plume entraînante 

J’ai apprécié la plume d’Adam Silvera qui n’est pas du tout prise de tête, et très bien adapté à cette histoire. Nous suivons de chapitre en chapitre les points de vue des deux personnages, depuis la réception de leur appel jusqu’à la fin et apprenons ainsi à connaitre les personnages. La plume de l’auteur est fluide et entraînant, et fait l’économie de très nombreuses descriptions pour se concentrer sur l’essentiel.

Une romance de trop 

Le seul point négatif de cette histoire, c’est la romance. Je sais, pour beaucoup ces lignes vont faire râler. Je trouve cependant qu’une romance ne peut pas être aussi développée en se peu de temps. Avant de se retrouver, il s’écoule tout de même quelques heures sur les 24h max qu’ils leur restent. Après, je peux comprendre que les personnages aient besoin de connaitre l’amour avant de mourir, mais la force de leur amour est bien trop puissant pour que cela paraisse crédible et c’est dommage.

Des personnages attachants

J’ai beaucoup aimé suivre les personnages de Mateo et Rufus. Ce sont deux jeunes gens très différents, mais finalement avec des histoires très singulières et assez tristes. L’un est orphelin, l’autre laissé à lui-même à cause du coma de son père, et c’est grâce à l’aide de l’autre qu’ils avancent dans leur dernière journée. C’est très beau. Ils ont également des caractères très différents, mais je trouve qu’ils se complètent bien. Je ne peux pas en dire beaucoup plus pour ne pas vous spoiler, mais ces personnages sont attachants, et même si on connait la fin, on a presque envie que l’auteur nous ait induit en erreur avec le titre et qu’ils arrivent à s’en sortir.

En bref, une lecture plaisante

J’ai passé un bon moment de lecture en compagnie de cette histoire originale et captivante. Même si l’histoire se déroule sur une journée, les événements ne défilent pas trop vite, et on prend beaucoup de plaisir à découvrir les dernières activités des personnages. Ces derniers sont attachants, et on ne peux s’empêcher de verser quelques larmes. Je trouve néanmoins que la romande était un peu de trop, c’est dommage.

J’espère que cette chronique vous a plu. N’hésitez pas à me dire en commentaire si vous avez lu ce roman, ce que vous en avez pensé, ou s’il vous tente. En attendant de vous lire, je vous souhaite de bonnes et douces lectures.