C#176 : Sélène et la roue de l’année – Cécile Guillot

Bonjour à toutes et tous !

J’espère qu’en ces temps assez particuliers vous vous portez bien. Je profite de la fermeture de l’INSPE et du report du concours pour me vider un peu la tête dans la lecture. J’ai terminé, il y a quelques semaines déjà, cette douce lecture que je vous présente aujourd’hui.

Le format de ma chronique va être un peu différente de d’habitude puisqu’il s’agit ici d’un album destiné à la jeunesse. Je vais donner mon point de vue en tant que lectrice, mais aussi en tant que future Professeur des écoles (je l’espère :D).

Je tiens avant de commencer, à remercier Séma Editions pour leur confiance et l’envoi de ce SP très sympa.

Sélène et la roue de l’année – Cécile Guillot

selene-et-la-roue-de-l-annee-par-cecile-guillot-et-mina-m

Jeunesse

Séma Editions

32 pages (n’existe pas en ebook)

Note 5

Dans cet album, nous découvrons une jeune fille du nom de Sélène, et ses activités au fil des périodes de l’année. On y découvre ainsi de nombreuses fêtes dites « païennes », souvent en lien avec les traditions Wicca. Pour moi qui n’y connais pas grand chose, j’ai beaucoup appris !

J’ai trouvé cette histoire vraiment douce et plaisante à lire. Les illustrations sont absolument magnifiques, et je regrette de ne pas avoir eu l’album physique entre les mains pour en profiter davantage. Il y a beaucoup de poésie dans ce texte, qui est adapté aussi bien aux enfants qu’aux adultes. Petit plus : à la fin de l’album, quelques recettes à réaliser avec les enfants ;).

Cet album est un concentré de douceur, à mettre sans hésiter entre toutes les mains. Le côté répétitif des paragraphes est très intéressant pour travailler avec les enfants sur la compréhension de texte, le temps qui passe et le rythme des saisons, même s’ils ne sont pas familiers avec ces fêtes. L’héroïne est attachante, et on a envie de la retrouver dans une autre histoire ;). Je me repète, mais les illustrations sont vraiment belles, colorées et attractives, et il y a un réel travail de lien entre le texte et l’image.

En bref, c’est une très belle histoire qui nous propose de découvrir des fêtes peu connues mais très intéressantes, avec une petite fille très attachante et des illustrations belles et colorées. Je recommande vivement cette lecture, pour petits et grands !

 

C#175 : Anemis, Tome 1 : la parole du coeur – Lucie Bernard

Bonjour à toutes et tous !

J’espère que vous avez tous passés de bonnes fêtes ! Je vous souhaite une très bonne année, la santé, la prospérité, mais surtout le bonheur pour cette nouvelle années ! Je vous la souhaite également riche de lectures, et si vous n’avais pas encore découvert l’autrice que je vous présente aujourd’hui, foncez !

Je tiens aujourd’hui à remercier les éditions Mots en flots pour l’envoi de ce service presse. Je les remercie pour la confiance qu’ils m’accordent et pour les belles découvertes que je fais grâce à eux !

ANEMIS, T.1 : LA PAROLE DU COEUR – LUCIE BERNARD

Afficher l’image source

Dystopie

Editions Mots en flots

402 (ebook)

Note 4

LES PLUS :

  •  Histoire captivante et addictive
  •  Des personnages très intéressants et attachants
  •  Une plume addictive

LES MOINS :

  • Pas de moins pour moi

Histoire très intéressante 

Anemis est une ville dans laquelle les habitants sont séparés par un long mur gardé et surveillé. Ce qui les séparent ? Leurs comptes en banque. D’un côté de la ville, les habitants vivent dans un grand luxe, dans des villas éblouissantes et ne manquent de rien. De l’autre côté de la ville s’étend un énorme bidonville, ravagé par la guerre, la maladie, mais surtout par la faim. Chaque jour, les riches offrent quelques quignons de pain aux plus courageux, mais surtout,… aux survivants. Par ce que du côté pauvre, il faut se battre pour pouvoir manger ! De chaque côté, pourtant, les esprits s’échauffent. De chaque côté, des êtres ont décidé que cette situation n’était plus envisageable. Ce sont eux que nous allons suivre, des étrangers que tout oppose, mais unis dans un même but : faire tomber le mur ! 

J’ai été particulièrement bluffée par cette histoire ! Au départ, je dois bien vous avouer que j’étais assez sceptique, m’attendant surement à une histoire à la « Roméo et Juliette » moderne, dans un monde dystopique. Mais je me suis rapidement rendue à l’évidence que cette histoire était originale, et tout sauf une adaptation moderne d’une autre histoire.

On y retrouve certes des références à d’autres histoires, mais elles ont un impact tout à fait différent dans ce récit. Je félicite d’ailleurs l’autrice qui a su jouer avec ses références et les rendre siennes. J’ai été happée dans cette histoire, et j’avais beaucoup de mal à la lâcher !

L’histoire est pleine de rebondissements, d’évènements inattendus, avec une très bonne intrigue qui reste en suspens à la fin de ce premier tome. J’ai vraiment hâte de lire la suite pour savoir où nous entraine l’autrice !

Un univers surprenant

J’ai trouvé que l’univers est un gros point fort de cette histoire. Rien n’est laissé au hasard, et grâce aux descriptions de l’autrice, on a vraiment l’impression d’être sur place ! Les descriptions sont pourtant assez courtes, sans trop entrer dans le détail, mais c’est largement suffisant pour nous faire une idée des lieux.

Des personnages étonnants et attachants

J’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir les personnages. La plume de l’autrice, qui nous propose une histoire à deux voix, est très bien adaptée et elle utilise sa plume de manière différente en fonction du personnage. Ces derniers sont très étonnants, emplis de doute, de colère, mais aussi de beaucoup de douceur que j’ai beaucoup aimé. Ce ne sont pas des héros qui ont décidé eux-mêmes de le devenir, mais qui ont dû prendre les choses en main et essayent de s’en sortir comme ils peuvent.

Ils sont très attachants, même si j’ai peut-être une petite préférence pour Brett, l’Indigent (côté pauvre de la ville), qui est peut-être davantage torturé qu’Alicéa. Ce sont néanmoins deux personnalités très différentes que j’ai beaucoup aimé et que j’ai hâte de retrouver !

En bref, une belle découverte

J’ai passé un très bon moment auprès des personnages de cet univers singulier. L’histoire est bien trouvé, avec des évènements inattendus qui rendent l’histoire de plus en plus captivante au fil des pages. La plume de l’autrice est fluide, sans superflus, mais avec suffisamment de détails pour nous permettre de plonger dans son histoire. Si vous ne l’avez pas encore découvert, je ne peux que vous conseiller d’aller lire cette belle histoire !

J’espère que cette chronique vous a plu. N’hésitez pas à me dire en commentaire si vous avez lu ce roman, ce que vous en avez pensé, ou s’il vous tente. En attendant de vous lire, je vous souhaite de bonnes et douces lectures.

C#174 : The Prison Experiment, T.3 : l’énigme finale – Eric Costa

Bonjour à toutes et tous !

Après quelques semaines (mois ?) d’absence, je reviens aujourd’hui pour une chronique qui me tient particulièrement à cœur. Pour ceux qui me suivent depuis un moment maintenant, vous ne serez sans doute pas étonné si je vous dis que je suis une très grande amatrice de la plume et des histoires d’Eric Costa, cet auteur autoédité qui m’a grandement réconcilié avec l’autoédition. Il fait partie de ces auteurs autoédités qui, pour moi, mérite largement d’être connu !

Je tiens d’ailleurs à lui adresser quelques mots pour le remercier de sa confiance, et surtout de sa présence. C’est un auteur facile à contacter, et qui prend de son temps pour nous répondre et discuter. C’est vraiment un plaisir de travailler avec lui. Merci Eric !

Passons maintenant à ce pour quoi je suis là ;).

THE PRISON EXPERIMENT, T.3 : L’ENIGME FINALE – ERIC COSTA

76185639_461036701197486_7536648975676342272_n

Multigenre

Autoédition

603 pages (ebook)

Note 5

LES PLUS :

  •  Histoire passionnante du début à la fin
  •  Une fin innatendue
  •  Des personnages étonnants, attachants, détestables
  •  Une plume addictive
  •  Une trilogie à connaitre

LES MOINS :

  • Pas de moins pour moi

Histoire qu’on a du mal à lâcher

[Résumé du tome 1] Elena est une jeune hackeuse, mercenaire, engagée pour une mission spéciale. Au sein d’une équipe composé seulement d’hommes armés, elle entre dans l’Œuvre. Une prison expérimentale à l’abandon depuis 7 ans, dans lesquels des milliers de prisonniers sont livrés à eux-mêmes, pas toujours pour le meilleur. Leur mission ? Retrouver Dédale, l’architecte de cette prison, qui s’est enfermé à l’intérieur. Mais est-il encore vivant ? Et à quoi ces mercenaires vont devoir faire face ? 

Après avoir lu les deux premiers tomes, je pensais être capable de deviner grossièrement la fin de cette trilogie génialissime. Mais c’était sans compter sur l’auteur qui était bien décidé à nous étonner jusqu’au bout ! Tout au long de ce troisième et dernier tome, je me suis retrouvée face à de nombreux rebondissements qui m’ont conduit à une fin que je n’avais pas du tout imaginée, étonnante et vraiment très bien pensée ! C’est le genre de fin où l’on peut se dire « ah mais oui, je comprends mieux telle ou telle chose ! », que j’aime beaucoup.

L’intrigue a donc été une fois de plus surprenante, avec un suspense encore plus poussé que dans les deux premiers tomes, et de nombreux passages où j’ai retenu mon souffle ! Je pense que c’est le meilleur des trois tomes, qui clôture parfaitement cette trilogie, nous faisant passer par toutes les émotions, nous entrainant sur des chemins plus étonnants les uns que les autres, pour arriver à cette fin si inattendue, et en même temps tellement parfaite !

Une plume passionnante, complexe et entrainante

Comme pour les autres tomes, j’ai trouvé le travail d’écriture très bon. Eric a un style très particulier qui s’étoffe et s’améliore au fil des tomes. Il sait très bien jouer sur les rythmes qu’il donne, et on ne s’ennuie jamais, surtout dans ce troisième tome ! Il y a tout de même quelques passages un peu plus lents, histoire de nous laisser respirer un peu ;). Mais ce que j’ai vraiment aimé, c’est l’utilisation du suspense en fin de chapitre. Il sait parfaitement maitriser les fins de chapitre à couper le souffle, et dont on ne connait le dénouement que plusieurs chapitres plus loin, après être passé à un autre groupe de personnage !

Un univers addictif, mais aussi très angoissant

C’est donc à l’intérieur du dôme que se déroule toute la trilogie. On y découvre des environnements tous plus différents les uns que les autres, et surtout, des populations aussi paisibles que destructrices ! On retrouve les mêmes groupes de personnages que dans les deux tomes précédents, mais avec encore plus d’horreurs et une vive critique de ce que l’Humanité cache de pire en elle ! C’est principalement ce qui me plait le plus dans cette histoire : à travers un mélange de genre, la forte présence de mythologies (principalement grecque), et une très grande part de psychologie humaine, Eric nous propose une critique de l’Humanité dans ce qu’elle a de pire, et dont la conclusion de la trilogie se fait la messagère !

C’est un univers fort, addictif tout de même, dans lequel je retomberais surement très vite !

Des personnages aussi attachants que détestables, forts, étonnants

Il y a également un gros travail sur les personnages de la part d’Eric. On y retrouve une héroïne vraiment très forte, qui évolue au fil des trois tomes pour connaitre une véritable apothéose dans ce dernier tome ! On s’y attache très vite, tout comme à d’autres personnages, mais c’est celle pour laquelle j’ai surement le plus tremblé dans ce dernier tome ! J’ai adoré la suivre tout du long, et je suis très heureuse de cette fin !

Mais  il faut aussi des personnages détestables à souhait, et ce dernier tome n’en est pas exempt ! Je ne peux vous dire ceux qui m’ont le plus exécré, mais vous les reconnaitrez certainement très vite si vous lisez cette saga ;).

En bref, un véritable coup de coeur

J’espère que je ne vous ai pas perdu en route par la longueur de cette chronique, mais c’est un véritable coup de coeur et je ne pouvais m’empêcher d’écrire autant ! J’ai adoré suivre cette histoire tout au long des trois tomes, dont ce dernier est une pure merveille ! La fin est tellement inattendue, tout en concluant à la perfection cette trilogie ! Je suis ravie qu’Eric nous ait entrainé sur des chemins ne nous permettant pas de deviner cette fin. Les personnages sont forts, passionnants, et j’ai versé de nombreuses larmes en suivant leurs péripéties ! The Prison Experiment est le genre de roman où vous pouvez aimer et détester l’auteur de vous faire tant pleurer en l’espace de quelques pages, mais que l’on est ravi de lire jusqu’à la fin ! C’est avec une pointe de regret que j’ai « tourné » la dernière page, mettant fin à cette superbe trilogie. Mais je sais déjà que ce sera un réel plaisir de la relire, encore et encore ! Vous l’aurez compris, si vous n’êtes pas encore tombé entre ces pages, je vous invite fortement à aller découvrir cette histoire !

J’espère que cette chronique vous a plu. N’hésitez pas à me dire en commentaire si vous avez lu ce roman, ce que vous en avez pensé, ou s’il vous tente. En attendant de vous lire, je vous souhaite de bonnes et douces lectures.

C#173 : L’Expiation – Christelle Lebailly

Bonjour à toutes et tous !

J’espère que vous allez bien et que vous profitez de cette dernière semaine de vacances (pour celles et ceux qui y sont encore). Je reprends les cours la semaine prochaine, j’ai vraiment hâte de commencer ! En attendant, je reviens vers vous pour une chronique que je faisais traîner en longueurs pour rester le plus longtemps possible dans l’univers de Christelle Lebailly. Je ne savais pas poser les bons mots sur mon avis, tellement cette lecture m’a remuée. Mais il faut bien à un moment ou à un autre en parler, alors me voilà !

Je remercie déjà très chaleureusement Christelle Lebailly pour ce service presse que j’ai encore plus adoré découvrir que son premier roman (même si ce n’est pas tellement comparable vu que ce n’est pas le même genre).

L’EXPIATION – CHRISTELLE LEBAILLY

Thriller

Autoédition

244 pages (ebook)

Note 5

LES PLUS :

  • Histoire entraînante, qu’on ne lâche pas facilement
  • Plume très addictive
  • Descriptions très bien menée, immersion totale dans Ashland
  • Une héroïne forte avec ses faiblesses
  • Un univers flippant
  • De bonnes sueurs froides

LES MOINS :

  • Pas de moins pour moi

Histoire qu’on a du mal à lâcher

Ashland est une petite ville minière de Pennsylvanie. En partie détruite lors d’un énorme effondrement du sol, elle continue de péricliter petit à petit. Jessica y atterrie, bien contre sa volonté, et se retrouve face à une grand-mère étrange, des regards inquisiteurs et un règlement bien stricte. Tentant de trouver une place dans une communauté très religieuse, Jessica va finalement en découvrir plus qu’elle ne l’aurait sans doute voulu. 

L’histoire, en elle-même donne déjà très envie d’ouvrir le livre ! Mais alors, une fois les premières pages avalées, le reste défile à toute vitesse ! On ne voit pas l’histoire passer qu’on en est déjà au dénouement, un point que j’ai vraiment adoré ! Christelle Lebailly nous entraîne très facilement aux côtés de Jessica, et on en est presque à scruter les regards de nos voisins dans la rue ! C’est un récit sombre, à ne pas mettre en toutes les mains, même les plus averties (les tunnels m’ont bien fait flipper !), mais si vous avez le cœur bien accroché, foncez, ça vaut largement le coup !

Une plume addictive 

Si vous me suivez depuis quelques temps déjà, vous avez surement lu ma chronique concernant le premier ouvrage de Christelle, « Lula et les monstres ». Ici, pas la même ambiance, ni le même public cible, mais on retrouve avec un plaisir non dissimulé la plume de l’autrice. Je trouve d’ailleurs qu’elle a gagné en maturité, et est parfaitement adaptée pour ce nouveau genre auquel s’essaye l’autrice. J’ai aimé retrouvé son rythme, ses descriptions qui sont vraiment idéales : suffisamment de détails pour nous immerger totalement dans l’histoire, sans que l’écriture en soit alourdie ou le rythme cassé. Chapeau-bas !

Un univers passionnant et effrayant ! 

Je vous le disais plus haut, nous sommes cette fois-ci dans un thriller, qui joue particulièrement sur le psychologique. Il y a, bien sûr, quelques scènes bien horrifiques et sanglantes, néanmoins, c’est surtout l’aspect psychologique qui est le plus frappant dans cette histoire. Je pense qu’on peut presque parler d’une histoire en « huis-clos », du fait que l’on reste cantonné à cette ville en déclin, avec son atmosphère très particulière et assez angoissante. On en regarde pas le monde qui nous entoure de la même manière en ressortant de ces pages !

Une héroïne forte, mais avec ses faiblesses

Jessica est une héroïne comme je les aime, que l’on adore et déteste à la fois ! Son fort caractère la conduit souvent droit dans les ennuis, et on peut la trouver affreuse à certains moments, mais ce sont surtout ses faiblesses qui en font un personnage que j’ai adoré ! Il lui arrive des aventures que peu auraient envie de vivre, moi le première, et chaque étape révèle une part de sa force, et une part de sa faiblesse. Elle évolue aussi énormément au long des pages, ce que j’ai particulièrement apprécier.

Il y a bien sûr d’autres personnages, très bien travaillés par l’autrice, et qui sont révélateurs d’un mal-être humain, de sa cruauté, et des moyens mis en oeuvre pour sa propre sauvegarde. Marcher sur les autres pour garder la tête hors de l’eau ? C’est ce que font la plupart des personnages, qui sont pour cette raison fort détestables, mais de manière assez ambiguë, on peut aussi comprendre et éprouver de l’empathie pour certains (bon, peut-être pas pour Macy).

En bref, une très bonne lecture

Je remercie une fois de plus Christelle Lebailly pour ce Service Presse. L’ayant suivie sur les réseaux sociaux, j’avais vraiment hâte de découvrir ce nouveau roman, et je n’ai absolument pas été déçue, bien au contraire ! L’histoire est addictive, on a du mal à lâcher une fois entamé. La plume de l’autrice s’accorde parfaitement au genre, avec des descriptions qui nous immergent totalement dans l’histoire, nous gardant dans l’attente et l’angoisse jusqu’à la dernière ligne. Je vous recommande chaleureusement de faire la connaissance de son héroïne au fort caractère qui tente de survivre tant qu’elle peut dans cette communauté bien particulière.

J’espère que cette chronique vous a plu. N’hésitez pas à me dire en commentaire si vous avez lu ce roman, ce que vous en avez pensé, ou s’il vous tente. En attendant de vous lire, je vous souhaite de bonnes et douces lectures.

C#172 : Voyage hors du temps – Chris Red

Bonjour à toutes et tous !

Une deuxième chronique dans la semaine, je vous gâte ! Je suis vraiment désolée de ne pas être plus active ces derniers temps, mais avec la rentrée qui se rapproche, j’ai pas mal de préparatifs à faire. Pour ceux qui ne le savent pas encore, je reprends les cours :D. Je rentre en M1 Meef pour passer le concours pour devenir professeur des écoles. Du coup, je n’accepte plus de Service Presse depuis plusieurs semaines. Mais ne vous inquiétez pas, je continuerai à poster de temps en temps ;).

VOYAGE HORS DU TEMPS – CHRIS RED

Fantastique / SF

Autoédition

149 pages

Note 3

LES PLUS :

  • Plume toujours très sympa
  • Histoires captivantes
  • Univers riche et passionnant

LES MOINS :

  • Pas de moins pour moi

Plusieurs histoires dans des univers bien différents

C’est un recueil de plusieurs nouvelles que je vous présente ici. Comme vous l’avez surement remarqué, ce n’est pas la première fois que je lis une oeuvre de Chris Red, et cette fois encore, je n’ai pas été déçue, même si je préfère largement ses romans. Ici, nous suivons plusieurs personnages, bien distincts, à travers plusieurs nouvelles. Ce sont néanmoins à chaque fois des voyageurs, que ce soit dans le temps ou dans l’espace. J’ai aimé la plupart de ces histoires, même si j’ai quelques préférences pour le voyage dans le temps de Robin, Karmenyta, 2023 et le voyageur de l’Olympe.

Un univers intéressant

Les univers ne sont pas tous les mêmes, ce qui donne beaucoup de richesse à cet ouvrage. On y découvre des mondes futuristes, des mondes plus anciens, et il est très facile de s’y perdre grâce aux descriptions de l’auteur qui nous donne envie d’y aller. Sauf peut-être dans l’univers des cyborgs, mais je vous laisse lire pour savoir de quoi je parle !

Des personnages assez attachants

Pour certaines histoires, j’ai eu beaucoup de mal à accrocher aux personnages. Mais il y en a d’autres que j’ai beaucoup aimé. J’ai adoré retrouvé l’Architecte, qui est un des personnages centraux dans « l’architecte du temps », mais aussi en découvrir de nouveaux. Ils sont tous très intéressants et font partis d’histoires passionnantes et assez déroutante par moment.

En bref, une bonne lecture

Je remercie chaleureusement Chris Red pour ce nouveau partenariat qui m’a permis de découvrir d’autres facettes de son univers, de pouvoir me replonger dans sa plume agréable à lire, fluide et entraînante et de me confronter à des personnages singuliers et évoluant dans des univers très étonnants et vite addictifs.

J’espère que cette chronique vous a plu. N’hésitez pas à me dire en commentaire si vous avez lu ce roman, ce que vous en avez pensé, ou s’il vous tente. En attendant de vous lire, je vous souhaite de bonnes et douces lectures.

C#171 : les amants de la lumière, T.1 : le bûcher des maudits – Bertrand Borie

Bonjour à toutes et tous !

J’espère que vous allez bien et que vous passez de bonnes vacances. Je reviens aujourd’hui vers vous pour vous parler d’une lecture que je n’ai malheureusement pas apprécié.

LES AMANTS DE LA LUMIÈRE, T.1 : LE BÛCHER DES MAUDITS – BERTRAND BORIE

Fantasy

Evidence Editions

454 pages

 

LES PLUS :

  • Une plume intéressante
  • Une histoire originale
  • Un univers intéressant

LES MOINS :

  • Beaucoup de longueur
  • Assez peu d’action
  • Intrigue longue à se mettre en place
  • Personnages pas très attachants

Une histoire originale mais à laquelle il manque un petit quelque chose

Ce n’est pas mon habitude, mais je ne savait vraiment pas comment résumer cette histoire, alors je vous propose celui de Babelio.

« Après l’Apocalypse Suprême, l’humanité a entrepris de se reconstruire sous le règne bienveillant du dieu Ischeltroëm.
Pour asservir les hommes au pouvoir maléfique du dieu Thanatros, le mage Silfadred a noyé le feu dans lequel Ischeltroëm puisait sa force primordiale. Le mage est ainsi devenu immortel. Et les Nuées ont enveloppé le monde…
Quelques royaumes isolés ont échappé au cataclysme. Mais en poursuivant leur évolution, leurs habitants ont délaissé les raffinements de la culture. Décidé à détruire l’un après l’autre ces îlots pour asseoir sa puissance, Silfadred a fait des populations dégénérées qui les environnent ses instruments. Dans le royaume de Thurm-Kooth, le prince héritier Farkhar est un poète, une sorte d’homme depuis longtemps oubliée. 
Quand les hordes démoniaques de Silfadred déferlent sur le royaume, il survit et atteint une lointaine citadelle dont le roi Antrégor a promis sa fille Gwenaline à Viridius, noble et vaillant souverain du royaume voisin.
Que Farkhar et Gwenaline s’éprennent l’un de l’autre ne peut que faciliter la tâche de Silfadred, qui a déjà résolu de conduire par ses maléfices les deux royaumes à s’anéantir mutuellement. Bientôt, tandis que Viridius, humilié par l’abandon de Gwenaline, prépare une guerre sans merci contre Antrégor, le piège du mage se referme sur les amants maudits…
Mais qui est vraiment Farkhar, le preux guerrier dont les talents en font un être d’exception dans ce monde déchiré entre une chevalerie fruste et une barbarie impitoyable ? »

L’histoire semblait vraiment intéressante, malheureusement, j’ai trouvé que toute l’intrigue était vraiment longue à se mettre en place. L’auteur passe presque la moitié de ce tome à nous relater la vie d’un jeune homme, de sa vie de prince et de son destin assez tragique. On reste longtemps sur ce personnage, qui est seul pendant un bon moment, ce qui n’aide pas vraiment à accrocher à l’histoire. On ne sait pas tout de suite où veut nous entraîner l’auteur, ce qui est vraiment dommage.

Un univers intéressant

L’univers dans lequel les personnages évoluent est très intéressant et mériterait qu’on s’y attarde un peu plus. J’ai beaucoup aimé le regard neuf que pose le héro sur le monde qui l’entoure, et découvrir les paysages et créatures de cet univers à travers ses yeux.

Une plume fluide. 

La plume de l’auteur est en tout cas assez vite entraînante, fluide, avec un vocabulaire intéressant et parfaitement adapté au genre dans lequel il écrit. Il nous propose des très bonnes descriptions qui nous donne vraiment l’impression d’y être.

Des personnages auxquels je n’ai pas su m’attacher

En ce qui concerne les personnages, je ne sais pas vraiment quoi vous dire sur eux, à part que je n’ai pas réussi à m’attacher à eux. Ils ne sont pourtant pas très nombreux, avec des caractères bien différents, mais il m’a manqué un petit quelque chose que je ne saurais vous décrire.

En bref, une lecture qui ne m’a pas convaincue

Je remercie Evidence Edition pour l’envoi de ce service presse dans le cadre des Crazy Books days. C’est la seconde fois que j’ai la chance d’y participer, malheureusement, on ne peut pas tout aimer. C’est dommage. L’histoire est intéressante et originale, la plume très belle et poétique, mais il m’a manqué de l’action et une intrigue qui se dévoile plus vite. Je n’ai pas pu m’attacher aux personnages, même s’ils sont peu nombreux et bien ancrés dans l’histoire. Cela ne l’a pas fait avec moi, mais peut-être que d’autres amateurs de fantasy seront conquis.

J’espère que cette chronique vous a plu. N’hésitez pas à me dire en commentaire si vous avez lu ce roman, ce que vous en avez pensé, ou s’il vous tente. En attendant de vous lire, je vous souhaite de bonnes et douces lectures.

Book Haul et Bilan Juin

Bonjour à tous et toutes, j’espère que vous allez bien et que vous profitez si vous êtes en vacances. 

Pour ce mois de Juin, j’ai été très productive et même si j’ai fais pas mal d’achats, j’ai tout de même réussi à diminuer ma Pal ! 13 livres achetés pour 15 lus (dont 9 parmi les nouveautés ) !

Nouveautés dans ma PAL: 

  • The Prison Experiment, T.2 – Eric Costa
  • Les maîtres du crépuscule, T.1 : la marque de Caïn – Lina Déranor
  • Le cycle des robots, T.6 : les robots et l’empire – Isaac Asimov
  • Les étoiles de Nosse Head, T.4 : Origines, part. 1 – Sophie Jomain
  • Les étoiles de Nosse Head, T.5 : Origines, part. 2 – Sophie Jomain
  • La guerre des clans, Cycle 1, T.3 : les mystères de la foret – Erin Hunter
  • La lectrice, T.1 – Traci Chee
  • Nil, T.2 : les secrets de Nil – Lynna Matson
  • Illumina, T.3 : dossier obsidio – Amie Kaufman et Jay Kristoff
  • Eternels, T.5 : une étoile dans la nuit – Alyson Noël
  • Red Rising, T.2 : golden son – Pierce Brown
  • Gardiens des cités perdues, T.4 : les invisibles – Shannon Messenger
  • Agence Mysterium, T.2 : le diable des Pyrénées – Loic Le Borgne

Livres lus : 

  • The Prison Experiment, T.2 – Eric Costa [SP]
  • Les maîtres du crépuscule, T.1 : la marque de Caïn – Lina Déranor [SP]
  • Le temps des nuages – Graziella Corvini [SP]
  • Les initiés – Frédéric Livyns et Sébastien Prudhomme-Asnov [SP]
  • La veilleuse d’âme, T.1 : la voie des morts – Alexis Demey [SP]
  • Les étoiles de Nosse Head, T.4 : Origines, part. 1 – Sophie Jomain
  • Les étoiles de Nosse Head, T.5 : Origines, part. 2 – Sophie Jomain
  • La guerre des clans, Cycle 1, T.3 : les mystères de la foret – Erin Hunter
  • Nil, T.2 : les secrets de Nil – Lynna Matson
  • Eternels, T.5 : une étoile dans la nuit – Alyson Noël
  • Red Rising, T.2 : golden son – Pierce Brown
  • Agence Mysterium, T.2 : le diable des Pyrénées – Loic Le Borgne
  • Terre de Brume, T.2 : le choix des élues – Cindy Van Wilder
  • Les chroniques lunaires, T.2 : Scarlet – Marissa Meyer
  • [BD] La sagesse des mythes, Prométhée et la boite de Pandore – Luc Ferry / Clotilde Bruneau / Giuseppe Baiguera

Et vous, quels ont été vos achats et lectures de ce mois de Mars ? Avez-vous réussi à diminuer un peu votre PaL ou est-elle encore plus impressionnante ?